Le TOGO

Le Togo voit le jour au chantier Robert Thompson and Sons à Newcastle (Angleterre) en 1882. Précurseur des navires modernes, sa construction est innovante : acier, cinq cloisons étanches, double coque. Il est à voile et à vapeur.

 3 mâts et un moteur de 208 CV. Le Togo mesure 76 m de long sur 10,35 m de large et jauge 1640 tonneaux. C’est un gros navire et son équipage est en conséquence .

 25 hommes. La Compagnie Havraise Péninsulaire achète le navire et le rebaptise Ville de Valence. Cette compagnie possèdera jusqu’à 16 navires dont le plus gros le Ville de Paris jaugeait 3500 tonneaux. En 1906 il est revendu à la Compagnie Becchi Lalagno de Savone. Il navigue dès lors sous le nom d’Amor. C’est en 1912 qu’il sera baptisé Togo après l’acquisition qu’en fait la compagnie génoise Ilva. Après les fruits c’est le charbon que le Togo transporte dans toute la Méditerranée. Il sort presque indemne de la première guerre mondiale, mais le 12 mai 1918 il heurte une mine de 150 kg laissé par le sous-marin UC 35 (mouilleur de mines côtier). Comme plus tard le Donator et le Grec, le Togo est coupé en deux et coule immédiatement. 

C’est une plongée difficile à préparer soigneusement car la profondeur est importante. Le Togo est posé à plat sur un fond de sable en légère pente, la proue en direction de la plage de Cavalaire. L’épave nécessite plusieurs plongées car elle est vaste : 60 m de long, et profonde. 

La descente dans le bleu pendant 47 m est un pur moment de bonheur. Enfin l’immense carcasse de métal apparaît. Le pont avant est à 47-48 m.

GORGONES ! ! ! En effet le principale attrait du Togo concernant la faune et la flore sont les immenses gorgones rouges qui l’ont colonisé. Celles-ci font parfois un mètre de largeur et lui donne un aspect fantomatique. Elles sont parfois si dense qu’il faut trouver un autre passage pour visiter les coursives du navire. Les cales dissimulent quelques congres. On fait la plongée parmi des nuages d’anthias et de castagnioles surveillés de près par des dentis. Il est possible de voir du mérou, mais ceux-ci à l’inverse d’autres sites restent très méfiants. 

43°10’14’’ N – 6°16’26’’ O 
A l’Ouest de la Pointe Dubreuil dans la baie de Cavalaire

1/7
3